Quand l’humanité ralentit, la nature danse…

Je vous propose aujourd’hui deux textes envoyés par une amie, Marie, Humain jaune planétaire.

Le premier de Moustapha DAHLEB, la plus belle plume tchadienne, qui a écrit le beau texte ci-dessous, en mars 2020.

Le second est l’œuvre d’un anonyme qui nous rappelle que la vie, comme la lumière et l’amour sont des énergies bien puissantes, que nous pouvons compter, partager, diffuser et propager ces énergies.

La photo de couverture est de Davy Youms. Merci à Annick, Pachamama pour cette belle découverte !

Humain jaune planétaire guidé par le Soleil

Merci à Marie, Humain jaune planétaire pour l’envoi de ces textes ou, comment faire de son mieux pour influencer le monde de manière positive. Merci Marie de nourrir notre libre arbitre et de nous interroger sur le loup que voulons nourrir.

Bonne journée, belle lecture. Prenez soin de vous.

In lak’ech

Véronique – Aigle bleu planétaire

www.13lunes.fr

———
L’HUMANITÉ ÉBRANLÉE ET LA SOCIÉTÉ EFFONDRÉE PAR UN PETIT MACHIN

Un petit machin microscopique appelé coronavirus bouleverse la planète. Quelque chose d’invisible est venu pour faire sa loi. Il remet tout en question et chamboule l’ordre établi. Tout se remet en place, autrement, différemment.

Ce que les grandes puissances occidentales n’ont pu obtenir en Syrie, en Lybie, au Yémen, …ce petit machin l’a obtenu (cessez-le-feu, trêve…).

Ce que l’armée algérienne n’a pu obtenir, ce petit machin l’a obtenu (le Hirak à pris fin).

Ce que les opposants politiques n’ont pu obtenir, ce petit machin l’a obtenu (report des échéances électorales. ..).

Ce que les entreprises n’ont pu obtenir, ce petit machin l’a obtenu (remise d’impôts, exonérations, crédits à taux zéro, fonds d’investissement, baisse des cours des matières premières stratégiques. ..).

Ce que les gilets jaunes et les syndicats n’ont pu obtenir, ce petit machin l’a obtenu ( baisse de prix à la pompe, protection sociale renforcée…).

Soudain, on observe dans le monde occidental le carburant a baissé, la pollution a baissé, les gens ont commencé à avoir du temps, tellement de temps qu’ils ne savent même pas quoi en faire.

Les parents apprennent à connaître leurs enfants, les enfants apprennent à rester en famille, le travail n’est plus une priorité, les voyages et les loisirs ne sont plus la norme d’une vie réussie.

Soudain, en silence, nous nous retournons en nous-mêmes et comprenons la valeur des mots solidarité et vulnérabilité.

Soudain, nous réalisons que nous sommes tous embarqués dans le même bateau, riches et pauvres.

Nous réalisons que nous avions dévalisé ensemble les étagères des magasins et constatons ensemble que les hôpitaux sont pleins et que l’argent n’a aucune importance. Que nous avons tous la même identité humaine face au coronavirus.

Nous réalisons que dans les garages, les voitures haut de gamme sont arrêtées juste parce que personne ne peut sortir.

Quelques jours seulement ont suffi à l’univers pour établir l’égalité sociale qui était impossible à imaginer.

La peur a envahi tout le monde. Elle a changé de camp. Elle a quitté les pauvres pour aller habiter les riches et les puissants. Elle leur a rappelé leur humanité et leur a révélé leur humanisme.

Puisse cela servir à réaliser la vulnérabilité des êtres humains qui cherchent à aller habiter sur la planète mars et qui se croient forts pour clôner des êtres humains pour espérer vivre éternellement.

Puisse cela servir à réaliser la limite de l’intelligence humaine face à la force du ciel.

Il a suffi de quelques jours pour que la certitude devienne incertitude, que la force devienne faiblesse, que le pouvoir devienne solidarité et concertation.

Il a suffi de quelques jours pour que l’Afrique devienne un continent sûr. Que le songe devienne mensonge.

Il a suffi de quelques jours pour que l’humanité prenne conscience qu’elle n’est que souffle et poussière.

Qui sommes-nous ? Que valons-nous ? Que pouvons-nous face à ce coronavirus ?

Rendons-nous à l’évidence en attendant la providence. Interrogeons notre « humanité » dans cette « mondialité » à l’épreuve du coronavirus.

Restons chez nous et méditons sur cette pandémie.

Aimons-nous vivants !

Moustapha DAHLEB – (mars 2020)


Un mandala spécialement dessiné pour envoyer lumière et guérison dans toute la planète. Réalisé par Aurélien Floret, Étoile jaune magnétique, l’artiste français qui crée les couvertures du Synchronomètre depuis des années.
Pour voir ses belles œuvres : www.pumayana.com

Mais le printemps ne savait pas….


C’était en mars 2020 …
Les rues étaient vides, les magasins fermés, les gens ne pouvaient plus sortir.

Mais le printemps ne savait pas, et les fleurs ont commencé à fleurir, le soleil brillait, les oiseaux chantaient, les hirondelles allaient bientôt arriver, le ciel était bleu, le matin arrivait pus tôt.

C’était en mars 2020 …
Les jeunes devaient étudier en ligne, et trouver des occupations à la maison, les gens ne pouvaient plus faire de shopping, ni aller chez le coiffeur. Bientôt il n’y aurait plus de place dans les hôpitaux, et les gens continuaient de tomber malades.

Mais le printemps ne savait pas, le temps d’aller au jardin arrivait, l’herbe verdissait.

C’était en mars 2020 …
Les gens ont été mis en confinement. pour protéger les grands-parents, familles et enfants. Plus de réunion ni repas, de fête en famille. La peur est devenue réelle et les jours se ressemblaient

Mais le printemps ne savait pas, les pommiers, cerisiers et autres ont fleuri, les feuilles ont poussé.
Les gens ont commencé à lire, jouer en famille, apprendre une langue, chantaient sur le balcon en invitant les voisins à faire de même, ils ont appris une nouvelle langue, être solidaires et se sont concentrés sur d’autres valeurs.

Les gens ont réalisé l’importance de la santé, la souffrance, de ce monde qui s’était arrêté, de l’économie qui a dégringolé.

Mais le printemps ne savait pas. les fleurs ont laissé leur place aux fruits, les oiseaux ont fait leur nid, les hirondelles étaient arrivées.

Puis le jour de la libération est arrivé, les gens l’ont appris à la télé, le virus avait perdu, les gens sont descendus dans la rue, chantaient, pleuraient, embrassaient leurs voisins, sans masques ni gants.

Et c’est là que l’été est arrivé, parce que le printemps ne savait pas. Il a continué à être là malgré tout, malgré le virus, la peur et la mort. Parce que le printemps ne savait pas, il a appris aux gens le pouvoir de la vie.

Tout va bien se passer, restez chez vous, protégez-vous, et vous profiterez de la vie

Le Petit Journal de Hong Kong a décidé de diffuser ce poème anonyme…..

————–

Merci à vous d’avoir lu jusqu’au bout.

Partagez en citant la source. Merci.

Véronique – www.13lunes.fr

12 Responses

  1. Véronique Aigle Bleu Planétaire says:

    Merci Marie-Laure,
    N’hésitez pas à partager ces belles lignes qui nourrissent l’amour et la bienveillance. Continuons de nourrir la noosphère avec notre force de guérison et d’amour.

    In lak’ech
    Véronique – Aigle bleu planétaire

  2. Véronique Aigle Bleu Planétaire says:

    Bonjour et merci Odile d’apprécier la beauté de ces textes !
    Belle journée à vous.
    In lak’ech

    Véronique

  3. Deborah Pautrat says:

    Merci pour ce partage et bon travail énergétique à chacun d’entre vous. Nos énergies communes pour la planète, notre énergie pour se protéger et avoir confiance.. Merci.

  4. Chantal Carcone says:

    Merci pour Tout cet apport instructif qui nous ouvre des  »possibles »…
    Positivons nous ne sommes plus seul l’émergence de cette nouvelle conscience apporte de la joie dans mon coeur
    La lumière nous guidera tous ensemble vers la guérison de Gaïa

    • Véronique Aigle Bleu Planétaire says:

      Merci Chantal d’ouvrir les possibles.
      Tout ralentit, ce virus pourrait être un message de la Terre qui nous demande d’arrêter notre folle course vers toujours plus de confort illusoire…
      La joie est une des énergies les plus puissantes, merci de nous rappeler de la cultiver.
      Au plaisir, in lak’ech
      Véronique

  5. Catherine Maeder says:

    Bonjour Véronique,
    quand je partage sur Facebook, l’image est un dessin noir et gris et pas la jolie photo en tête de cette page. Est-ce normal ?
    Belle journée
    Catherine – Terre Rouge Spectrale

    • Véronique Aigle Bleu Planétaire says:

      Bonjour Catherine,

      Oui, je ne suis pas sur les réseaux, mais j’ai déjà eu cette remarque… Je ne sais pas d’où ça vient…. Je mène l’enquête auprès de personnes averties et essaie de corriger tout cela…
      Merci de partager les textes qui vous touchent,
      En vous souhaitant une belle journée, j’espère que vous vivez pleinement votre onde enchantée et que vous avez le temps de vous replonger dans la lecture que je vous avez faite ; l’information prend des tournures intéressantes ces jours derniers et pour ma part, j’intègre différemment des infos reçues il y a quelques temps…. Je vous souhaite les mêmes effets et une très belle journée de Guerrier jaune planétaire où nous abordons les questions essentielles à la santé de notre terrain et osons appliquer les réponses reçues.

      In lak’ech
      Véronique

Laisser un commentaire


*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.